Auroville

Cliquez sur les images

  • /media/zengridframework/imagecache/01_l_ile_de_soranil-d7f79948c70e0d51434d812080b7c0cf.jpg

    20 septembre 2014

    Vente et dédicace du dernier livre de Bernard Delambre (Janaka)

    L’île de Soranil

    Nous étions aux alentours de 2350. La Terre avait changé après la « catastrophe », tout en restant la même. C’était la fin de l’ère technologique. E

    L’île de Soranil

    03 le plus beau pays du monde20 septembre 2014

    Vente et dédicace du dernier livre de Bernard Delambre (Janaka)

    L’île de Soranil

    Nous étions aux alentours de 2350. La Terre avait changé après la « catastrophe », tout en restant la même. C’était la fin de l’ère technologique. Etaient apparus des humains en quête d’autre chose, sorte de mutants au sein d’une humanité régressive.
    Alexandre, herboriste solitaire, fuyant ses contemporains qui, comme lui, étaient les survivants de ce bouleversement, rencontra un jour l’inattendu sous la forme d’un enfant, un berger doté de capacités hors du commun ; rencontre qui allait brutalement changer son destin.
    Ce serait le début de l’aventure.
    Le début de la Légende.
    Avec quelques autres il sera entrainé vers le Pays des hommes aux yeux de Soleil, pour qui les lois de la Nature ne tiennent plus. Il partira vers une île où réside Soranil, la Reine qui a vaincu la Mort.
    Mais Alexandre ne sait pas encore quel rôle il aura à jouer avec une des habitantes de l’île, Joycha, sa compagne de toujours.

    L’auteur vit à Auroville depuis plus de vingt-cinq-ans. Compagnon de la première heure, il a raconté son parcours dans un livre captivant : « Trois vies-Itinéraire d’un Aurovilien » (Disponible sur Amazon).

    Livre disponible à :

    • Auroville : Freeland, Auroville Papers (Centre des visiteurs)
    • Pondichéry : Focus et la Boutique d’Auroville
  • /media/zengridframework/imagecache/04_carnets_indiens-3179f702dffd7b9f463c7575ce2829f8.jpg

    Par Julien Fortin, Editions Magellan et Cie

    Auroville : au fil des ans, cette communauté du Sud de l’Inde, fondée en 1968 par Mirra Alfassa pour concrétiser la pensée du philosophe indien Sri Aurobindo, a cristallisé de nombeux clichés et nourri t

    Carnets indiens d'un occidental idéaliste aux prises avec la réalité d'un dieu à tête d'éléphant

    04_carnets_indiens

    Par Julien Fortin, Editions Magellan et Cie

    Auroville : au fil des ans, cette communauté du Sud de l’Inde, fondée en 1968 par Mirra Alfassa pour concrétiser la pensée du philosophe indien Sri Aurobindo, a cristallisé de nombeux clichés et nourri tous les fantasmes. Utopie idyllique, village de hippies, repère de doux dingues ou bulle coupée du monde : quelle étiquette peut-on bien coller sur ce drôle d’Objet vivant non identifé ? Et surtout, à quoi ressemble cette expérience aujourd’hui, quarante ans après les caravanes arrivées par la route de la Soie, pour quelqu’un né longtemps après l’époque du flower power ?
    Il y a autant d’Aurovilles que d’Aurovilliens, si ce n’est plus ; mais l’auteur essaie ici de trouver sa propre définition, de relier son périple extérieur à son voyage intérieur. Et dans cette quête initiatique, basée sur une expérience personnelle et non sur l’analyse théorique, il recevra l’aide d'un personnage inattendu…

    Résumé :
    « L’homme est un être de transition. », Sri Aurobindo

    Julien Fortin, trente-deux ans, s’est installé à Auroville depuis plusieurs années, après avoir vu le jour en France, et vécu en Allemagne, au Sri Lanka et au Gabon. Il a parcouru la planète pour suivre de nombreux projets de développement. Par ailleurs, il pratique l’escalade et la plongée partout où c’est possible…

    Livre disponible :

     

  • /media/zengridframework/imagecache/utopie22aout-4d61381593d7a71188b3a5907862e7dd.jpg

    Jeudi 22 août 2013

    Un documentaire d’Hélène Risser tourné en 2008 - Production Public Sénat

    Après le 1er film d’Elkabbach en 1972, la télévision française, « Public Sénat » est revenu à Auroville en 2008, 35 ans après pour voir ce qu’étaient devenu c

    « Auroville, histoire d’une Utopie »

    Jeudi 22 août 2013

    utopie22aoutUn documentaire d’Hélène Risser tourné en 2008 - Production Public Sénat

    Après le 1er film d’Elkabbach en 1972, la télévision française, « Public Sénat » est revenu à Auroville en 2008, 35 ans après pour voir ce qu’étaient devenu ces « pionniers » filmés en 1972.

    Comment ont t’ils évolués ? Sont t’ils toujours à Auroville ? Que sont devenus les concepts de base d’Auroville, cette utopie, ce laboratoire ?

    Ce film a été présenté en septembre 2008 à Auroville.

    Merci à Sophie et Amy de l’avoir traduit en anglais et à Gabrielle pour le sous-titrage avec le soutien du Pavillon de France.

    Merci à Sophie et Amy de l’avoir traduit en anglais et à Gabrielle pour le sous-titrage avec le soutien du Pavillon de France.

  • /media/zengridframework/imagecache/AV_retour_utopie-c08c33817f9799d1ac3d404347e8c0d0.jpg

    Jeudi 15 août 2013

    Un documentaire exceptionnel de J.P. Elkabbach et Nicole Avril tourné en 1972 par la télévision française Antenne 2.

    Mère était toujours dans son corps quand ce film a été tourné !

    Peu de journalistes occidentaux s'intéressent a

    « Auroville, retour sur une Utopie » de 1968 à nos jours

    Jeudi 15 août 2013
    AV_retour_utopie

    Un documentaire exceptionnel de J.P. Elkabbach et Nicole Avril tourné en 1972 par la télévision française Antenne 2.

    Mère était toujours dans son corps quand ce film a été tourné !

    Peu de journalistes occidentaux s'intéressent au projet d'Auroville dans les années 70; l'un d'eux, Jean-Pierre Elkabbach, viendra enquêter pour "Antenne 2" en 1972. Son reportage d'une durée de 118 minutes nous dévoile Auroville tel qu'il était alors: quelques maisons se profilant sur fond de désert rouge, des écoles comme Last school, la Pyramide ou les pôts de yaourt et bien sûr le Matrimandir à ses débuts. Il inclue également de précieux témoignages, notamment ceux de Roger Anger et Kireet Joshi mais aussi ceux d'Auroviliens comme Ruud, Ange, Jean P., Vincenzo, Rod H. et bien d'autres.

    Un documentaire unique à découvrir ou re-découvrir...

  • /media/zengridframework/imagecache/affiche-michle-536280aaf240e66a2d3ad4040ea73b9e.jpg

    Mardi 19 février 2013

    Réalisatrice : Michèle Decoust

    Auroville, ville cosmopolite au sud-est de l'Inde, fut nommée "Cité de l'Aurore", il y a quatre décennies par Mère, la compagne spirituelle du grand sage indien Sri Aurobindo qui dédia sa vie à l'é

    Auroville, Le lien d'or, vers l'Unité Humaine ...

    Mardi 19 février 2013

    Affiche Le Lien d'OrRéalisatrice : Michèle Decoust

    Auroville, ville cosmopolite au sud-est de l'Inde, fut nommée "Cité de l'Aurore", il y a quatre décennies par Mère, la compagne spirituelle du grand sage indien Sri Aurobindo qui dédia sa vie à l'évolution de la Conscience.

    Auroville, " Cité de l'Unité humaine", a reçu de Mère une Charte si ambitieuse et inspirée qu'elle a fait naître l'espérance d'une Babel réconciliée. Par des voies inattendues, une poignée d'aventuriers en quête de sens et de transcendance entend l'Appel.

    Aujourd'hui, Auroville abrite 2200 habitants répartis en une centaine de communautés. Vivent-ils vraiment l'Unité Humaine tant voulue par Mère? Est-ce tout simplement possible entre 45 nationalités aux cultures, mode de vie, systèmes de valeurs et de croyances à l'origine si différents ? A l'heure où l'humanité se cherche un autre modèle, ces pionniers planétaires peuvent-ils être une source d'inspiration dans notre quête vers l'Unité Humaine ?

    Dix Auroviliens de tous horizons, dix artistes, designers ou managers, s'interrogent et se répondent d'une voix une et multiple, pour exprimer cette force qui les relie, et les garde fidèles à l'Appel qui bouleversa leur vie.

    Site Michèle Decoust: www.micheledecoust.fr

  • /media/zengridframework/imagecache/05_trois_vies-fee815ae054ddc45ee16b8b7a9f627f5.jpg

    Par Bernard Delambre (Janaka)

    « Trois Vies. Itinéraire d’un aurovilien. » Récit de Bernard Delambre. Comment passe-t-on, à vingt ans, d’une cellule de prison parisienne à Auroville, la seule utopie des années 68 qui continue à se développer sur un

    Trois vies

    05_trois_vies

    Par Bernard Delambre (Janaka)

    « Trois Vies. Itinéraire d’un aurovilien. » Récit de Bernard Delambre. Comment passe-t-on, à vingt ans, d’une cellule de prison parisienne à Auroville, la seule utopie des années 68 qui continue à se développer sur un plateau rouge de l’Inde du Sud ? C’est ce passionnant parcours initiatique d’un jeune homme en quête de sa raison d’être que Bernard Delambre nous livre dans ce récit autobiographique écrit avec simplicité et émotion. Tiraillé entre une profonde aspiration à vivre un idéal élevé et le besoin vital de guérir les blessures de son enfance, il confie dans des pages parfois bouleversantes, les coulisses intimes d’un itinéraire peu ordinaire qui l’a conduit en une douzaine d’années de la prison aux mouvements religieux et aux sociétés initiatiques, puis au monde des arts à la révolution estudiantine, et finalement à Auroville. Après les barricades de mai 68 à Paris, il partira en Inde pour construire, avec une poignée d’idéalistes qui croyaient comme lui en un monde plus vrai, la cité idéales d’Auroville qui venait juste d’être fondée, et où il passera une grande partie de sa vie. Il y séjourne toujours.

    Livre disponible à :

    • Auroville : Freeland, Auroville Papers (Centre des visiteurs)
    • Pondichéry : Focus et la Boutique d’Auroville
  • /media/zengridframework/imagecache/16jan2013-6a8e896b8f031b12372db5d9e5dca980.jpg

    En anglais Mercredi 16 janvier 2013
    En français Jeudi 17 janvier 2013

    Réalisatrice : Michèle Decoust
    Présenté pour la 2ème fois

    Auroville, ville cosmopolite au sud-est de l'Inde, fut nommée "Cité de l'Aurore", il y a quatre décennies par Mère, la comp

    Auroville, the Golden Bound towards Human Unity

    En anglais Mercredi 16 janvier 2013
    En français Jeudi 17 janvier 2013

    16jan2013Réalisatrice : Michèle Decoust
    Présenté pour la 2ème fois

    Auroville, ville cosmopolite au sud-est de l'Inde, fut nommée "Cité de l'Aurore", il y a quatre décennies par Mère, la compagne spirituelle du grand sage indien Sri Aurobindo qui dédia sa vie à l'évolution de la Conscience.

    Auroville, "Cité de l'Unité humaine", a reçu de Mère une Charte si ambitieuse et inspirée qu'elle a fait naître l'espérance d'une Babel réconciliée. Par des voies inattendues, une poignée d'aventuriers en quête de sens et de transcendance entend l'Appel.

    Aujourd'hui, Auroville abrite 2200 habitants répartis en une centaine de communautés. Vivent-ils vraiment l'Unité Humaine tant voulue par Mère? Est-ce tout simplement possible entre 45 nationalités aux cultures, mode de vie, systèmes de valeurs et de croyances à l'origine si différents ? A l'heure où l'humanité se cherche un autre modèle, ces pionniers planétaires peuvent-ils être une source d'inspiration dans notre quête vers l'Unité Humaine ?

    Dix Auroviliens de tous horizons, dix artistes, designers ou managers, s'interrogent et se répondent d'une voix une et multiple, pour exprimer cette force qui les relie, et les garde fidèles à l'Appel qui bouleversa leur vie.

    Site Michèle Decoust: www.micheledecoust.fr

  • /media/zengridframework/imagecache/10avril2012-b81bc37adf7dcc87d441844f2a70b48a.jpg

    10 avril 2012

    Conférence par Gilles Boulicot

    « Il y a suffisamment d'eau; Les Auroviliens devront utiliser leur ingéniosité pour la collecter et l'utiliser. »Mère, durant une conversation avec Dr. Tim Rees (hydrogéologue, Aurovilien des débuts)

    En 2

    L’Eau pour Auroville : une urgence

    10 avril 2012

    10 avril 2012Conférence par Gilles Boulicot

    « Il y a suffisamment d'eau; Les Auroviliens devront utiliser leur ingéniosité pour la collecter et l'utiliser. »Mère, durant une conversation avec Dr. Tim Rees (hydrogéologue, Aurovilien des débuts)

    En 2007, 9 ans d'investigations scientifiques sur la situation de l'eau dans notre région vinrent à terme, avec les conclusions suivantes : les ressources souterraines sont très largement surexploitées alors que les eaux de surfaces sont largement perdues à la mer. Cette surexploitation se combine à une pollution toujours croissante du fait de l'usage non contrôlé de fertilisants et pesticides chimiques et du largage dans l'environnement de déchets solides et d'eaux usées sans aucun traitement préalable. Mais surtout, cette surexploitation conduit à un risque d'intrusion d'eau de mer massive dans ces aquifères régionaux.

    Cette salinisation est à présent en court : de larges bandes le long de la côte voient leurs eaux souterraines se saliniser, localement jusque 10kms à l'intérieur de terres.

    Auroville n'est pas isolé : ce danger est à nos portes et peut rapidement nous affecter et mettre notre futur dans la balance.

    Il est temps de refaire le point sur l'état des lieux et de décider, ensemble, des solutions à mettre en place pour faire face à ce défit et développer une vraie gestion de nos ressources en eaux, en harmonie avec l'esprit d'Auroville.

    L'eau se présente sous différentes formes ; souterraine, marine, mais aussi eau de pluie et eaux usées recyclables. En utilisant ces ressources au mieux de leur potentiel respectif, en intégrant les aspects sociaux, participatifs, urbains, environnementaux, esthétiques et pratiques aux cotés énergétique, techniques et financiers, des solutions pérennes et évolutives peuvent émerger.

    Le besoin de l'heure est de travailler ensemble sur ce sujet vital, complexe et varié, en informant, en cherchant et en testant, et en n'hésitant pas à remettre en question les idées préconçues et souvent arrêtés qui font obstacles au vrai progrès qui nous est demandé.

  • /media/zengridframework/imagecache/22fevrier2009-2ad5da9bc864d9907fba25005dc61a89.jpg

    22 février 2009

    Réalisé par Public Sénat - Version française avec sous-titres en anglais
    Suite du premier film de Jean-Pierre Elkabbach tourné en 1972.

    Une autre équipe de la télévision française est revenue à Auroville pour interroger ces pionniers q

    Les utopies à Auroville. 40 ans après ?

    22 février 2009

    22 fevrier 2009Réalisé par Public Sénat - Version française avec sous-titres en anglais
    Suite du premier film de Jean-Pierre Elkabbach tourné en 1972.

    Une autre équipe de la télévision française est revenue à Auroville pour interroger ces pionniers quarante ans après: Qu’est devenu Auroville ? Que sont devenus ces personnages ?

  • /media/zengridframework/imagecache/3aout2008-49be79bfb2f5e1d97cfeb5de2d079149.jpg

    3 août 2008 (version française)
    21 septembre 2008 (version française avec sous-titres en anglais)

    Réalisateur : Jean-Pierre Elkabbach

    Peu de journalistes occidentaux s’intéressent au projet d’Auroville dans les années 70. L’un d’eux, Jean-Pierre Elkab

    Auroville, retour sur une utopie de 1968 à nos jours

    3 août 2008 (version française)
    21 septembre 2008 (version française avec sous-titres en anglais)

    3 aout 2008Réalisateur : Jean-Pierre Elkabbach

    Peu de journalistes occidentaux s’intéressent au projet d’Auroville dans les années 70. L’un d’eux, Jean-Pierre Elkabbach, viendra enquêter pour Antenne 2 en 1972. Son reportage nous dévoile Auroville tel qu’il était alors : quelques maisons se profilant sur fond de désert rouge, les écoles en place comme Last School, la Pyramide et bien sûr le Matrimandir à ses débuts. Il inclue également de précieux témoignages, notamment ceux de Roger Anger et Kireet Joshi ...

    Un documentaire unique à découvrir ou re-découvrir.

  • /media/zengridframework/imagecache/4mars2009-d24d2ac5f3ee6dd7752a696199647340.jpg

    4 mars 2009

    Présenté par Antonella Verdiani

    Antonella Verdiani a mené sa recherche de doctorat dans les écoles d’ Auroville et a voulu démontrer que l’éducation intégrale est aujourd’hui une voie possible pour le bien-être à l’école et la joie intéri

    L’Education à la joie, un exemple d’éducation intégrale à Auroville

    4 mars 2009

    4 mars 2009Présenté par Antonella Verdiani

    Antonella Verdiani a mené sa recherche de doctorat dans les écoles d’ Auroville et a voulu démontrer que l’éducation intégrale est aujourd’hui une voie possible pour le bien-être à l’école et la joie intérieure des principaux sujets investis dans le processus éducatif. Cette recherche analyse notamment l’expérience de l’éducation intégrale issue de la pensée de Sri Aurobindo et de la Mère dans le contexte multiculturel d’Auroville, en Inde. Deux aspects sont mis en lumière par l’enquête exploratoire : la formation de l’enseignant comme « guide » et le bien-être existant dans ces écoles « libres ».

  • /media/zengridframework/imagecache/11mars2008-30e434d45732553c386d5968ac3b9dc7.jpg

    11 mars 2008

    Présenté par Satprem Maïni (Aurovilien)

    Depuis des temps immémoriaux et partout dans le monde, la terre brute a été utilisée pour construire des bâtiments très résistants. Selon le CNUEH, 40% de la population mondiale vit dans des maison

    Architecture de terre à Auroville

    11 mars 2008

    11 mars 2008Présenté par Satprem Maïni (Aurovilien)

    Depuis des temps immémoriaux et partout dans le monde, la terre brute a été utilisée pour construire des bâtiments très résistants. Selon le CNUEH, 40% de la population mondiale vit dans des maisons en terre. La conférence présentera des exemples de techniques et d’architecture de terre à travers le monde et à Auroville.
    Grâce aux efforts soutenus de l’Auroville Earth Institute depuis dix-huit ans, Auroville fait partie des leaders mondiaux dans le domaine de l’architecture de terre.
    Cette conférence est réalisée dans le cadre de la Chaire de l’UNESCO Architecture de terre, Cultures Constructives, et Développement Durable dont l’Auroville Earth Institute est le représentant pour l’Asie.
    Note : CNUEH est le Centre des Nations Unies pour les Établissements Humains.

  • /media/zengridframework/imagecache/9octobre2007-c8a86ccdb0a4b7780c8be823a9fbebeb.jpg

    9 octobre 2007

    Présenté par Gilles Boulicot (Aurovilien)

    La dégradation des ressources en eau dans la bio-région d’Auroville est intense et profonde.

    Malgré les actions menées par différents groupes pour promouvoir des solutions durables, les change

    L’eau, un défi à relever pour Auroville et sa bio-région

    9 octobre 2007

    9 octobre 2007Présenté par Gilles Boulicot (Aurovilien)

    La dégradation des ressources en eau dans la bio-région d’Auroville est intense et profonde.

    Malgré les actions menées par différents groupes pour promouvoir des solutions durables, les changements nécessaires ne se sont pas encore produits.
    Sommes-nous prêt à collaborer ?

    Comment mener à bien cette entreprise qui conditionne l’avenir d’Auroville et de son environnement ? Quelle est la réponse des autorités ? Avons-nous assez de temps ? Sinon ? ...

  • /media/zengridframework/imagecache/16fevrier2007-e8e9a65a573d6223e7ed09d3bacea797.jpg

    16 février 2007

    Présenté par Bhagwandas (Jean-Pierre Ravaud, Aurovilien)

    Est-il certain que nous connaissions bien l’élément le plus commun de notre belle planète bleue ? Les peuples anciens la vénéraient ; les religions la plaçaient au centre de leu

    L’eau notre amour méconnu: L’eau bio-dynamisée

    16 février 2007

    16 fevrier 2007Présenté par Bhagwandas (Jean-Pierre Ravaud, Aurovilien)

    Est-il certain que nous connaissions bien l’élément le plus commun de notre belle planète bleue ? Les peuples anciens la vénéraient ; les religions la plaçaient au centre de leurs cultes.

    Elle ne se recrée pas mais se recycle constamment.

    Elle est au coeur de nos cellules où elle entretient la Vie.

    Et que traduisent nos larmes ? Notre transpiration ?

    Parmi toutes ses qualités et bien d’autres encore, nous vous proposons une rencontre en toute humilité devant cette grande Dame qui nous interpelle de plus en plus à l’heure du Verseau (le Verseur d’eau).

  • /media/zengridframework/imagecache/12decembre2006-565bff6ebf335ba78bc5245456acfb2a.jpg

    12 décembre 2006

    Présenté par Gilles Boulicot (Aurovilien)

    L’eau, c’est la vie. Sans sa maîtrise, sans le contrôle de sa qualité, l’humanité court à sa perte. Auroville n’échappe pas à cet enjeu mondial. Quel est l’état de notre source de vie?

    La ré

    L’eau dans la biorégion d’Auroville

    12 décembre 2006

    12 decembre 2006Présenté par Gilles Boulicot (Aurovilien)

    L’eau, c’est la vie. Sans sa maîtrise, sans le contrôle de sa qualité, l’humanité court à sa perte. Auroville n’échappe pas à cet enjeu mondial. Quel est l’état de notre source de vie?

    La réponse doit se faire en profondeur : analyser les mécanismes aquatiques à la lumière de la société qui nous entoure. La connaissance et l’usage de l’eau sont-ils inséparables du yoga?

  • /media/zengridframework/imagecache/14novembre2006-f5e57f23cbdb4cc9602fce55afc70d39.jpg

    14 novembre 2006

    Présenté par Jean-Claude Paris (Aurovilien)

    La culture occidentale du XVIe siècle a donné un nom au rêve récurrent d’une perfection humaine dans la matière : elle l’a appelé Utopie. Malgré toute l’ambiguïté de cette définition fondat

    La quête de la cité idéale

    14 novembre 2006

    14 novembre 2006Présenté par Jean-Claude Paris (Aurovilien)

    La culture occidentale du XVIe siècle a donné un nom au rêve récurrent d’une perfection humaine dans la matière : elle l’a appelé Utopie. Malgré toute l’ambiguïté de cette définition fondatrice, des milliers d’expérimentations, surtout à partir du XIXe siècle, vont, consciemment, essayer de donner une forme concrète à l’idéal abstrait d’une cité idéale.

    Mais, victime de son succès, le concept de l’utopie s’est chargé au cours des siècles de maintes significations qui aujourd’hui obscurcissent l’esprit de son sens premier.

    L’utopie n’est-elle qu’un rêve impossible, chimérique?

    Toutes les idéologies sont-elles des utopies?

  • /media/zengridframework/imagecache/AV_terre_pour_demain-82b43f0205054f83a539824fe2b0dff5.jpg

    29 juillet 2009

    Productrice : Claire Chanut - Réalisatrice : Michèle Decoust.

    Ce documentaire est né de la rencontre de Claire Chanut, passionnée par l’écologie en action qu’elle a découvert au cours de ses séjours à Auroville, et de Michèle Decoust,

    Auroville, une terre pour demain

    29 juillet 2009

    29 juillet 2009Productrice : Claire Chanut - Réalisatrice : Michèle Decoust.

    Ce documentaire est né de la rencontre de Claire Chanut, passionnée par l’écologie en action qu’elle a découvert au cours de ses séjours à Auroville, et de Michèle Decoust, écrivaine et réalisatrice de films sur l’écologie de la terre, le corps et l’esprit et qui a séjourné elle aussi plusieurs fois à Auroville.

    Il s'agit de montrer Auroville comme un chaudron initiatique porteur de solutions écologiques, non seulement pour l’Inde mais pour la planète, ainsi qu’un terreau d’évolution pour l’Etre Humain.

  • /media/zengridframework/imagecache/02_un_aller_simple-609ff6537ec2c36de5455f30474b0af1.jpg

    Par Jean Laroquette

    « Il devrait y avoir quelque part sur la terre un lieu dont aucune nation n’aurait le droit de dire : « il est à moi » un lieu où... »

    C'est vers ce lieu que nous nous sommes embarqués, ma femme et nos deux jeunes enfants dans

    Un aller simple ?

    02_un_aller_simple

    Par Jean Laroquette

    « Il devrait y avoir quelque part sur la terre un lieu dont aucune nation n’aurait le droit de dire : « il est à moi » un lieu où... »

    C'est vers ce lieu que nous nous sommes embarqués, ma femme et nos deux jeunes enfants dans le début des années 70. Auroville avait été inaugurée le 28 février 1968 et quelques femmes et hommes de bonne volonté avaient répondu à l’appel de cette aventure hors du commun. Venus du monde entier vers cette terre rouge du sud de l’Inde, ils avaient commencé à sauver ce désert et à essayer de jeter les premières bases d’une société utopique où « les relations entre êtres humains, qui sont d’ordinaire presque exclusivement basées sur la concurrence et la lutte, seraient remplacées par des relations d’émulation pour bien faire, de collaboration et de réelle fraternité. » Nous avons avec eux cherché à faire de ce rêve une réalité. Plus de trente ans sont passés, le désert est devenu forêts, la ville imaginée commence à sortir de terre, les êtres humains qui l’habitent vivent ensemble du mieux qu’ils peuvent.

    C’est ce parcours difficile et heureux que raconte ce livre.

    Jean Larroquette

    Pour commander cliquer ici.

  • /media/zengridframework/imagecache/03_made_in_AV-cfff62ce6912d3f2355d8a72beeb94fc.jpg

    Par Monique Patenaude

    En 1968, Lysiane Delambre a dix-huit ans. Entre les massacres de la guerre du Vietnam, les paradis artificiels du LSD des hippies et la course à l'espace des Américains et des Russes, elle cherche un sens à l'absurdité de l'e

    Made in Auroville, India

    03_made_in_AV

    Par Monique Patenaude

    En 1968, Lysiane Delambre a dix-huit ans. Entre les massacres de la guerre du Vietnam, les paradis artificiels du LSD des hippies et la course à l'espace des Américains et des Russes, elle cherche un sens à l'absurdité de l'existence Dans un livre trouvé par hasard sur les étagères d'un restaurant de Montréal, elle lit : " Ou peut-être trouverons-nous, quand tout le reste aura échoué, cachée en nous, la clé du parfait changement. " Le livre est de Sri Aurobindo, révolutionnaire, poète et yogi indien, et la jeune femme n'a alors de cesse que trouver " la clé ". Cette quête la conduit jusqu'en Inde, dans un désert de sable rouge où une poignée d'hommes et de femmes se sont réunis pour construire une ville internationale se voulant l'expression vivante de l'unité humaine. C'est aux abords de ce désert rouge que commence Made in Auroville, India...

    Publié aux Editions Triptyque, Montréal, Québec.

    • 1ère édition 2004
    • 2ème édition en Livre de poche 2009.

    (Aussi publié en anglais)

    Pour se procurer ce livre:

    • A Auroville: - Librairie : Freeland
    • Au Centre des Visiteurs : Auroville Papers
    • Partout dans le monde: Cliquer pour commander en ligne
    • Au Québec: on peut se procurer le livre directement aux Editions Triptyque de Montréal 2200, Marie-Anne Est, Montréal, (QC) H2H 1N1