Evénements Récents

  • /media/zengridframework/imagecache/01a_shiatsu_bernard_bouheret-df581a986f4860976750caa6de393ab0.jpg

    Conférence/Atelier de Shiatsu : Bernard Bouheret

    01a shiatsu bernard bouheret

    12 janvier 2015

    Conférence/Atelier de Shiatsu (Médecine manuelle japonaise)

    présentée par Bernard Bouheret (enseignant et praticien à Paris)
    et Natacha (enseignante et praticienne à Auroville)

    « Enseigner ce n’est pas remplir un vase mais allumer un feu » Montaigne

    Bernard BOUHERET est kinésithérapeute, praticien et enseignant de Shiatsu thérapeutique. Son parcours s’inscrit dans une tradition familiale de «chercheurs d’Orient».
    Dès son plus jeune âge, il pratique les arts martiaux (judô). En 1977, il rencontre le Shiatsu, parallèlement à ses études de kinésithérapie.
    Il approfondit ses connaissances par une formation de Médecine Traditionnelle Chinoise (MTC), puis part au Japon en 1981 dans l’école Hakko de Maître Okuyama où il obtient son diplôme de praticien de Koho Shiatsu et de professeur de yawara (jujitsu traditionnel).
    A son retour, il poursuit la voie martiale au travers du Tai Chi Chuan et du Qi Gong. Il enseigne le Shiatsu depuis 1987. En 2002, il fonde le Sei Shiatsu Dô.

    01b bernard bouheret

  • /media/zengridframework/imagecache/05a_pionniers_humanite-37c7b1b6beb1378e0d0240856886b4e3.jpg

    Pionniers d'Humanité : du je vers le nous

    20 décembre 2014, conférence en français
    27 décembre, conférence en anglais 

    05 pionniers humanitéConférence : du Pavillon de France, du CIRHU ET du Pavillon de l'unité

    Ateliers « Jeux du corps » les 15, 16 et 17 décembre

    05b jf noubel

    A propos de Jean-François Noubel :
    Jean-François Noubel a une vie de chercheur et d’aventurier. Chercheur, il anime le CIRI -- Collective Intelligence Research Institute -- en charge de la recherche scientifique de cette nouvelle discipline, et de ses applications pratiques autant par le levier des technologies que des méthodologies. Aventurier, il parcourt la planète pour rencontrer, apprendre et échanger avec les Hommes, le monde et la nature. Se demandant toujours comment vivra et se vivra l’Homme de demain, Jean-François se voit comme son premier laboratoire de recherche, ce qui l’amène à des choix de vie parfois décalés par rapport à ceux de ses contemporains. Il a toujours beaucoup de joie à partager les choses apprises, les joies et les peines, les réussites comme les échecs. Jean-François a notamment choisi de vivre dans l’économie du don.

    De plus en plus humains s’engagent dans la périlleuse aventure de la transformation intérieure et de l’éveil. Cherchant à construire une société qui incarne la conscience qui les anime, ils s’investissent dans des projets pionniers de nouvelles cités, de nouvelles entreprises, de nouveaux collectifs, véritables vaisseaux gréés pour atteindre les rivages de la prochaine humanité.

    Tout comme les pionniers aviateurs qui, après leurs premiers vols empiriques, eurent besoin d’une science précise -- l’aéronautique-- les pionniers d’humanité d’aujourd’hui ont besoin d’une nouvelle science, celle de l’ingénierie sociale. Voilà le rôle de l’intelligence collective, qui nous offre des outils, des méthodes, un langage, et une capacité à nous poser les questions qui permettent de naviguer.

    Jeux du corps

    Le corps demeure l'espace ultime dans lequel s'inscrit et se déploie la connaissance dans sa forme incarnée et vivante. Ainsi l'évolution de notre intelligence et de notre conscience collectives relèvent-elles autant d'un cheminement et d'une transformation du corps, que d'un saut culturel et technologique. Notre évolution conjugue ces deux aspects de la réalité ultime -- intérieur subjectif et l'extérieur objectif -- qui se font un miroir infini l'un à l'autre.
    Les jeux du corps que nous allons partager nous invitent à une exploration libératrice et joyeuse de l'être, de ses conditionnements et de ses potentiels. Nous nous servirons des arts martiaux et de la voie du guerrier pour contempler et jouer avec les forces qui nous animent, nous traversent, et parfois nous détruisent.
    Venez avec une tenue souple qui ne craint rien, car souvent nous roulerons dans la terre ! Pas de niveau préalable requis, mais une bonne condition physique s'avère nécessaire. Venez avec l'esprit ouvert, curieux, joyeux, engagé !

  • /media/zengridframework/imagecache/12_l_urgence_de_ralentir-266b7ad01deac5cb1fd6914c9c29f3aa.jpg

    L'urgence de ralentir

    12_l_urgence_de_ralentir29 novembre 2014

    Documentaire français de Philippe Borrel

    Course suicidaire et inconsciente", selon Edgar Morin, l'accélération financière et technologique, déconnectée du rythme de l’homme, mène notre système à l'épuisement et vers des catastrophes tout à la fois écologiques, économiques et sociales. Mais alors que des algorithmes accentuent de manière exponentielle la spéculation financière hors de tout contrôle, aux quatre coins de la planète des citoyens refusent de se soumettre aux diktats de l'urgence et de l’immédiateté, pour redonner sens au temps. En Europe, aux États-Unis, en Amérique Latine ou encore en Inde, Philippe Borrel est allé à la découverte de ces initiatives, individuelles et collectives, qui proposent des alternatives basées sur d’autres paradigmes.

    Au Rajasthan, le Barefoot College fondé par Bunker Roy recrute des femmes de milieux ruraux pour les former à l'ingénierie solaire ; les villes de Romans-sur-Isère et de Bristol ont mis en place une monnaie locale pour résister à la toute-puissance des banques ; à Ithaca, au nord de New York, des coopératives font leur preuve pour relocaliser l'économie... À rebours du "train fou" du modèle dominant, ces alternatives citoyennes, qui rejoignent les analyses de philosophes, sociologues, économistes et scientifiques, pourraient bien être les pionnières du monde de demain. Autant de gestes qui remettent l’homme au cœur du système.

  • /media/zengridframework/imagecache/11_cartier_bresson-0cf168bcf2cc425595da35095fbbcd54.jpg

    Le siècle Cartier Bresson

    11_cartier_bresson15 novembre 2014

    Documentaire français de Pierre Assouline (ARTE France, 2012, durée : 53mn)

    Une traversée du XXe siècle en images, au son de la voix d’Henri Cartier-Bresson lui-même:

    « Les siècles c’est de la bêtise ; pour moi il y a le printemps, l’été, l’automne, l’hiver, les équinoxes, et puis le reste... »

    Henri Cartier-Bresson est connu dans le monde entier et est considéré comme l’un des pionniers du photojournalisme moderne. Au fil de ce récit autobiographique, le parcours personnel de Cartier-Bresson et la grande histoire s’entremêlent. Celui qui n’est devenu photographe professionnel qu’à l’âge de 38 ans évoque ses premiers voyages en Afrique, ses trois années comme prisonnier de guerre en Allemagne. Se destinant d’abord à la peinture, il raconte sa découverte de la photographie. Le célèbre photographe a été un témoin privilégié des grands événements qui ont marqué son époque : Guerre civile espagnole, libération de Paris, naissance de la République populaire de Chine, Mai-68 … Pierre Assouline retrace le destin hors du commun de celui pour qui « l’objectif n’est qu’un prolongement de l’œil ».

  • /media/zengridframework/imagecache/04_sororite-698d9ccc5c6c8bf461a1ef6ac8b03375.jpg

    Exclusivement au féminin! - SORORITE

    6 novembre 2014
    04_sororite

    Le Pavillon de France organise :

    Un cycle de cercle de femmes – SORORITÉ animé par Sylvie. Un espace de parole, d'écoute, de confidentialité, de partage, de complicité, de confiance où chacune pourra ressentir, « re-connaître », entrer en résonance avec l'Essence de son Féminin.
    Ouvert à toutes.

    Cercles organisés au Pavillon de la Culture tibétaine

  • /media/zengridframework/imagecache/09_le_peuple_invisible-f7ad3df7f8f17dbe5ee62a7560da8e05.jpg

    Le peuple invisible

    09_le_peuple_invisible18 octobre 2014

    Un film/documentaire EXCEPTIONNEL (Français : 93 mn)

    Réalisé par Richard Desjardins et Robert Monderie

    Avec la présence de 2 québécois : Monique Patenaude et Olivier Loyer.

    Richard Desjardins n’est pas seulement un éveilleur de consciences par ses chansons, il l’est aussi par les images. Sa croisade contre la dilapidation de nos forêts, le documentaire L’erreur boréale, fait encore des vagues, 12 ans plus tard.

    Le tournage de ce film-choc, en collaboration avec son ami et complice Robert Monderie, lui a fait découvrir, à l’époque, une autre réalité méconnue, celle du sort misérable du peuple algonquin, ces 9000 habitants laissés à eux-mêmes, refoulés sur des territoires qui rapetissent comme peau de chagrin, dans des conditions dignes du tiers-monde.

    Personne pour les voir, personne pour s’en préoccuper, ils forment le peuple invisible. Desjardins lui-même, avant de tourner son documentaire, avoue qu’il ne savait rien d’eux, même s’ils partageaient le même coin de pays, l’Abitibi-Témiscamingue.

    Desjardins et Monderie ont accompli un immense travail de défrichage. Leur thèse (parfois un peu trop didactique) est appuyée par des images et photos d’archives, des documents historiques, des dates, des noms, des faits, seulement des faits.

  • /media/zengridframework/imagecache/10_la_memoire_de_l_eau_anglais-65ff1f6509a6dfa8a93b3bf5d633fa8a.jpg

    On a retrouvé la mémoire de l'eau (en anglais)

    10_la_memoire_de_l_eau_anglais4 octobre 2014

    « On a retrouvé la mémoire de l’eau » sous-titré en anglais

    Réalisateurs Christian Manil et Laurent Lichtenstein

    Mort en 2004, Jacques Benveniste, chercheur à l’Inserm, fut au centre d’une controverse mondiale avec sa thèse sur la mémoire de l’eau. Appliquant cette théorie à ses propres recherches, le prix Nobel de médecine Luc Montagnier a fait un constat surprenant qui provoquera peut-être une révolution en matière médicale...

    A l’origine de la vie sur Terre, l’eau est indispensable à la survie des espèces. Mais, pour certains scientifiques, cet élément fondamental aurait des capacités insoupçonnées. Dans les années 1980, un médecin immunologue de renom, Jacques Benveniste, affirmait avoir découvert que l’eau serait capable de garder en mémoire les propriétés des molécules avec lesquelles elle a été en contact, même lorsqu’elles ne s’y trouvent plus. Une étonnante théorie qui a fait l’objet d’une énorme controverse. Rapidement, la validité de ses travaux fut mise en doute et Benveniste, rejeté par la communauté scientifique. Mais, poussé par la curiosité, Luc Montagnier, prix Nobel de médecine pour la découverte du VIH, a repris ses recherches. Dès la première expérience sur le plasma sanguin de malades infectés par le virus du sida, il détecte des ondes électromagnétiques. « Ça a été une vraie surprise. Je ne m’y attendais pas et j’étais fasciné par ce phénomène », se souvient le médecin virologue, qui pense immédiatement aux « applications médicales ». Pour mettre en lumière les étonnantes propriétés de l’eau découvertes par celui qu’il considère comme « le Galilée du XXe siècle ». Luc Montagnier a décidé de lever le voile sur ses recherches en cours et propose de réaliser, devant la caméra, une expérience surprenante : la transduction de l’ADN.

  • /media/zengridframework/imagecache/08_la_kabbale-61c36a7fc97f2d7de01cf7e6359ae002.jpg

    La Kabbale et le langage des cellules

    03 le plus beau pays du monde20 septembre 2014

    « La Kabbale et le langage des cellules »

    Conférence filmée lors du congrès sur la physique quantique à Reims en novembre 2013

    Conférencier : Daniel Souffir
    (Energéticien Kabbaliste, conférencier, auteur du livre ABC de la Kabbale)

    « Un régal pour vos cellules, comme dans les agendas de Mère lorsqu’elle parle à ses cellules. »

    Longtemps décriée, déformée par des siècles d’ignorance et d’obscurantisme, la Kabbale connait aujourd’hui un regain d’intérêt sans précédent. Science millénaire et secrète, transmise autrefois de maître à disciples, de bouche à oreille, la Kabbale est avant toute chose, la science du RECEVOIR (en hébreu « KIBBEL » : recevoir et « KABBALAH » : reçu, accueil).

    Bien comprise, la Kabbale devient cette Science Sacrée qui permet d’expliquer l’univers tout en agissant sur lui. Elle représente ainsi, non seulement la synthèse des mondes physiques et métaphysiques, mais elle nous en fournit le mode d’emploi.

    Pendant 1 heure, Daniel Souffir, nous parle de nos cellules avec simplicité et intelligence, avec le cœur et rend ainsi ce domaine compliqué, abordable.
    Comment parler à nos cellules avec conscience ?

    « Ce qui est vrai pour Dieu est vrai pour nous. Ce qui est vrai pour Dieu et nous,
    est vrai pour nous et nos cellules. »

    « Nous sommes les enfants du Divin et nous sommes les cellules de Dieu.
    Nous sommes Dieu pour nos cellules et elles sont nos enfants. »